« Je n’étais plus exécutante et j’avais besoin de retrouver du sens dans mon activité » – Florence Bouillaux

Florence Bouillaux, lauréate des Prix Savoir-faire en transmission 2022, effectue son stage au sein de l’atelier PO! Artisan Maroquinier auprès d’Hélène Pierucci.

Après 23 ans de carrière en tant que responsable développement produit dans le prêt-à-porter enfant luxe chez Bonpoint, Florence réalise qu’elle s’est énormément éloignée du produit et décide se reconvertir vers un métier plus manuel : la maroquinerie « Ma fonction de cadre m’obligeait à passer la quasi totalité de mon temps derrière un ordinateur. Je n’étais plus exécutante et j’avais besoin de retrouver du sens dans mon activité ».

Suite à l’obtention de son CAP Maroquinerie en 2019 à la Fabrique, Florence souhaite apprendre les différentes facettes du métier du cuir, de la confection à la gestion d’entreprise en passant par les délais de production. Elle rejoint alors l’atelier d’Hélène Pierucci en tant que soutien sur la production, suite à un soucis de santé de l’artisane. Grâce au prix Savoir-faire en transmission, cette expérience se poursuit aujourd’hui dans le cadre d’un stage à plein temps.

« Le fait d’être dans une petite équipe me permet de voir tous ces aspects essentiels du métier, c’est très intéressant, on se partage beaucoup de tâches différentes. »

Florence Bouillaux
 © PO! Artisan Maroquinier

L’atelier Po! Artisan Maroquinier est installé depuis 2019 à Suresnes, dans un îlot rassemblant des artisans d’art. Il reçoit principalement une clientèle BtoB avec quelques commandes de particuliers et des productions de l’atelier sont également mises en vente. Les missions de Florence sont, quant à elles, multiples : de la réparation (valises, sacs, etc.), des productions en série pour l’atelier (sacs, ceintures, pochettes), des commandes spéciales…

« Il n’y a pas 2 jours qui se ressemblent dans un atelier artisanal comme ça ! »

Hélène Pierruci

« J’en ai beaucoup appris sur l’estimation du temps qu’on peut passer sur une production. Par moment on se surestime, à d’autres on se sous-estime. C’est en faisant qu’on apprend. »

Florence Bouillaux


Au fil de sa formation, Florence a eu l’occasion de développer ses techniques autrement, « de sortir de l’académique en optant pour des solutions plus rapides tout en gardant un résultat satisfaisant. Il y a des petits systèmes D qui fonctionnent très bien aussi ! ».

 © PO! Artisan Maroquinier

À la suite de son stage, Florence souhaiterait ouvrir un atelier de réparation dans l’Est parisien : « C’est dans l’ère du temps et il y a une clientèle en demande ».